Etude dosimétrique (DAS) d’une tête soumise à une exposition dans la bande de fréquence de la 5G (3.5 GHz) dans le cadre d’un cumul d’exposition

Niveau :
Etudiants de dernière année d’Ecole d’Ingénieurs ou Master 2

Début du stage :
Mars ou avril 2021

Durée :
5-6 mois

Thématique(s) : CMA

Contact(s) :
Marylene CUEILLE (marylene.cueille at univ-cotedazur.fr)
Abdelrahman IJJEH (Abdelrahman.IJJEH at univ-cotedazur.fr)
Jean-Lou DUBARD (jean-lou.dubard at univ-cotedazur.fr)

Lieu(x) :
LEAT, Campus SophiaTech, Bâtiment Forum, 930 Route des Colles, 06903 Sophia Antipolis

Gratification :
Environ 550 €/mois selon la réglementation en vigueur

Sujet:

Avec le déploiement de la 5G, la problématique des éventuels effets des ondes électromagnétiques sur la santé est plus que jamais d’actualité. Du fait de la difficulté des mesures, la simulation numérique est l’outil privilégié pour quantifier la puissance absorbée par les tissus (DAS, W/kg) et l’élévation de température qui en découle : on parle de dosimétrie numérique

Le LEAT (UCA) travaille depuis quelques années sur la caractérisation des niveaux de champs dans des modèles complexes de corps humains (Virtual Family [Itis]). De nombreuses études ont déjà été menées sur ces aspects aux fréquences de la 4G mais peu de données existent dans la bande de fréquences utilisées pour la 5G. De même, de nombreuses questions se posent en cas de cumul d’exposition et selon les différents types de morphologies.

Le LEAT développe un code de calcul basé sur la méthode TLM qui s’avère être une méthode bien adaptée pour la modélisation de milieux hétérogènes tels que le corps humain. Les prochaines études s’orientent vers des scénarios aux fréquences de la 5G pour palier aux manques de données dans cette gamme de fréquences.

Développement et objectifs

Dans ces travaux il s’agira de simuler, via le logiciel commercial CST, une tête hétérogène voxélisée soumise à 3.5 GHz puis à divers cumuls d’exposition. L’objectif sera donc d’obtenir des cartographies de DAS et de la distribution de température à 3.5 GHz puis dans le cadre d’un cumul d’exposition. Les simulations seront faites sur divers individus (homme, femme et enfant) afin d’étudier l’influence de la morphologie. Les mêmes simulations seront répétées sur le solveur TLM pour vérifier et valider les résultats.

L’étude plus haut en fréquence pourra être initiée.

Compétences et qualités requises :

  • Compétences scolaires en électro-magnétisme
  • Des notions en simulation numérique serait un plus
  • Facilité d’intégration dans une équipe.